'Le froid"

J'ai laissé entrer par la fenêtre

Un amour qui n'en finit pas

J'ai chanté des chansons à tue-tête

Afin qu'elle ne s'en aille pas

Dans le froid du premier courant d'air,

Je me suis vêtu de ma parka

Je me suis dit qu'un bon bol d'air

(Ne viendrait pas à bout de moi) x2


J'ai enfilé deux paires de chaussettes,

Mis mes pieds auprès d'un feu de bois

J'ai continué mes chansonnettes

Afin qu'elle ne s'en aille pas

Dans le froid de ce grand frigidaire,

Je me suis servi de la vodka

Je me suis dit que deux ou trois verres

(Ne viendrait pas à bout de moi) x2


Bien conscient de mon mal de tête,

De ma bouche qui n'articule pas

J'ai voulu jouer de la clarinette

Afin qu'elle ne s'en aille pas

Dans le froid qui me figeait en pierre,

Je n'avais plus vraiment d'autre choix

Que d'me dire, je voudrais que l'enfer

(Vienne faire ce qu'il veut de moi) x2


J'ai claqué cette maudite fenêtre,

Déchiré ma satané parka

J'ai brûlé mes deux paires de chaussettes

En priant qu'elle ne s'en aille pas

Dans le froid de ces petites manières,

Elle me dit que je suis un goujat

Je m'suis dit, ce n'est pas la première,

Ni la dernière fois qu'elle rougira

Ni la dernière fois qu'elle partira

Ni la dernière fois qu'elle reviendra...

Posts récents

Voir tout

J'adresse ma chanson à tous ceux qui s'étonnent De voir à l'horizon une vie monotone Ceux à qui la raison interdit d'être fou Qui restent à la maison quand ils n'ont plus de sous Si le temps paraît lo

Passent les mois et les semaines Sous le chaland de nos amours De quelques centimètres à peine Le temps nous immerge en son cours Nous sommes tous deux capitaines Et lorsque l’eau nous joue des tours

Parler de qui s'envoie en l'air, Parler de qui vaut mieux qu'un autre Parler des autres par derrière, Parler pour dénoncer les fautes Parler toujours plus bas que terre, Parler de rien, parler dans l'